Un tigre au Bhoutan

Le Bhoutan, une destination encore peu courue qui offre la promesse de paysages formidables et de rencontres inoubliables.

Chacun y trouvera son bonheur. Pour certains, ce sera l'évasion absolue et , pour d'autres, une forme de spiritualité...


Aujourd'hui, nous vous proposons de découvrir un article paru dans le magazine Road Trip d'avril-mai 2018.


Cette article est une interview réalisée par Collin Audibert.


Tiger Roads : un tigre au Bhoutan


Reconnue depuis longtemps pour ses nombreux circuits organisés, notamment en Corse, mais également un peu partout en Europe et aux USA, l'agence Europe Active s'intéresse depuis quelques années à l'Asie.

Pour ses nouvelles destinations, elle a d'ailleurs créé l'entité Tiger Roads. Dernier circuit à voir le jour, le Bhoutan. Suivez le guide...

Anthony, avec le Bhoutan, vous venez d'ouvrir une nouvelle destination sur l'Asie pour votre agence Tiger Roads. Quelles sont les particularités de ce pays ?
Le Bhoutan est connu pour être le pays du bonheur, le BNB (Bonheur National Brut) y remplace le PIB. Loin d'être une légende, nous y avons découvert une population ouverte et extrêmement souriante. D'ailleurs, connaissez-vous beaucoup de pays où le propriétaire est très fier de présenter un phallus géant peint sur sa façade ?
La limitation du nombre de touristes est pour beaucoup dans l'accueil qui nous est réservé sur place. Quelle joie de découvrir de superbes lieux sans avoir à se frayer un passage au milieu de centaines de touristes.
Magnifique architecture...

Pourquoi avoir donc attendu si longtemps avant la mise en place de ce circuit ?
Nos séjours se font toujours avec des guides locaux et il m'a fallu du temps pour trouver un partenaire idéal à même de me fournir des motos de qualité, une logistique fiable et de nous emmener rencontrer les habitants dans leur vie au quotidien. près avoir trouvé celui que je pensais être le bon, j'ai programmé un départ avec des clients réguliers qui sont depuis longtemps devenus des amis et nous avons tenté l'expérience. Cela nous a permis de valider ce séjour et d'en créer un deuxième pour ceux qui n'aurait pas 15 jours de vacances.

Quels en sont les points forts ?
Nous traversons tout le Bhoutan et en découvrons des régions extrêmement différentes. Nous proposons 11 jours de roulage, un festival, des temples, des bières locales, une nuit chez l'habitant, une nature préservée avec des passages dans la jungle au milieu des rizières, des soirées dans les bars locaux et j'en passe, le tout dans les meilleurs hébergements disponibles. Après avoir épluché tout ce qui se faisait sur la destination, je peux facilement et sans aucun doute dire que nous proposons le meilleur circuit à moto sur le Bhoutan.
Artisanat local

N'avez-vous pas peur qu'avec la multitude de circuits proposés par l'ensemble des voyagistes la thématique de l’Himalaya en Royal Enfield devienne un cliché aussi suranné que celui de la Route 66 en Harley-Davidson ?
C'est un fait, les offres se multiplient. Cela étant, l'expérience nous montre que si nos clients reviennent, c'est parce qu'ils ont confiance en nous et ce que nous proposons.
Le prix est une donnée mais la qualité est un besoin dans ce que nous construisons. Celui qui ne regarde que le prix partira sûrement avec une agence sans licence ni assurance basée à Delhi et gare aux problèmes si quelque chose ne tourne pas rond. Notre rôle, chez Tiger Roads comme quelques autres agences sérieuses et d'assurer et de rassurer le voyageur. Et là, on est nettement moins nombreux.
Votre remarque sur la Route 66 est intéressante car nous l'avons lancée l'an dernier sous la marque Europe Active Moto et je ne pensais pas que cela donnerait grand-chose vu le nombre de voyagistes la proposant. Et j'ai eu tort, nous recevons beaucoup de demandes. C'est là que je m'aperçois qu'un voyagiste sérieux s'évertuant à offrir de la qualité fidélise sa clientèle quel que soit le séjour.

Quels arguments ou conseils donneriez-vous à un client qui ne serait jamais allé en Asie et qui hésiterait entre Ladakh, Birmanie, Rajasthan, Népal et Bhoutan ?
D'abord, je lui demande où il est déjà allé. Histoire de voir si le choc culturel sera une première ou non. Le voyageur qui n'a fait que les USA ne réagira pas comme celui qui est allé en Amérique Latine. J'essaie de voir ce à quoi il s'attend et si c'est vraiment trop loin de la réalité, je préfère le mettre en garde : "Ces pays, on adore ou bien on déteste !".
Et je décris au maximum ce qu'il y a de pire comme ce qu'il y a de meilleur. Je n'ai aucun intérêt à ce qu'un client vienne plomber la dynamique d'un groupe car il n'est pas préparé à ce qu'il va trouver sur place.
En cas de doute, il vaut mieux rediriger la personne vers une destination où nous sommes sûrs que cela lui correspond bien. Et au final, la plupart des personnes amenées sont enchantées par les rencontres et les pays visités. L'écoute de l'agent de voyages est capitale dans le succès de la relation commerciale et du voyage que va réaliser le client.
Le plus grand Bouddha au monde

En choisissant de découvrir le Bhoutan quelles sont les motivations de vos clients ?
Ceux qui partent au Bhoutan veulent être surpris et se sentir privilégiés. Le Bhoutan est une destination chère s'expliquant par le coût d'un visa journalier imposé par le gouvernement et un nombre limité de touristes.
Nous sommes très loin du tourisme de masse et cela rend ce pays unique au monde. Les habitants ne sont pas blasés par les touristes et interagissent avec plaisir avec nous. C'est aussi un pays très religieux aux temples magnifiques qui attire par sa spiritualité.

Parfois, les voyageurs se rendant en Asie sont en quête d'une certaine forme de spiritualité. Pensez-vous que ce soit le cas pour certains de vos clients ?
Oui, tout à fait. Rouler à moto n'empêche pas d'être spirituel. Nous visitons plusieurs temples incontournables et avons la possibilité d'en voir plus. A chacun de décider s'il souhaite tous les voir ou non. Ces temples ont l'avantage d'être différents les uns des autres, de celui du Nid du Tigre à celui de Chime Lhakhang vénérant le phallus, il y a un gouffre qui permet de ne jamais être blasé. Le bouddhisme est une religion et aussi une façon de vivre au Bhoutan, on ne peux pas comprendre le pays sans écouter son histoire qui nous est contée au fur et à mesure que nous découvrons les temples et les personnages qu'ils mettent en avant.
Au réveil chez l'habitant, et prêt à repartir...

Moto et spiritualité font-elles bon ménage ?
Pour celui qui souhaite entrer dans un temple à moto, non. De même enlever ses bottes à chaque visite de temple laisse parfois s'échapper des effluves pas toujours bien vues par le public. Au-delà de ces côtés pratiques, je suis persuadé que chacun d'entre nous aura ressenti l'un de ces moments de bonheur que nous apporte la moto en roulant au travers de paysages magnifiques.
Existe-t-il un dieu de la moto ? Ganesh est probablement celui qui s'en rapproche le plus. Et cette Royal Enfield, vénérée au Rajasthan, n'est-elle pas non plus la preuve que moto et spiritualité font bon ménage ?

Pour bien profiter de ce voyage est-il indispensable de connaître un minimum la culture et l’histoire de ce pays?
Non la découverte du pays au travers des visites et des explications de nos guides est passionnante. Les relations entre l'inde et le Bhoutan, le Tibet et la Chine expliquent beaucoup de choses et la religion vient compléter le reste de l'histoire qui s'est construite sur plusieurs siècles. Je comprend facilement pourquoi beaucoup tombent amoureux d'un tel pays après ma brève incursion sur place.
Temple de Tiger Nest

Votre clientèle qui s'inscrit pour le Bhoutan est-elle la même qui s'élance pour la Corse ou l'Europe ?
Il ne faut pas oublier que le Bhoutan reste un pays cher pour les touristes étrangers. Sur place, cela ne se ressent pas mais le coût induit par le visa journalier auquel nous ajoutons des services comme la location de moto, un mécanicien, un véhicule suiveur, un ou deux guides à moto, des hébergements de qualité, etc, finissent par être un frein pour beaucoup. Parmi nos clients en Corse et en Europe, seule une minorité nous fait part de leur intérêt pour ce pays plutôt méconnu.

Les motivations diffèrent-elles ?
Pour beaucoup le Bhoutan est un rêve et ils évoquent la joie de vivre des habitants, les temples magnifiques, une nature vierge et sauvage. Pour d'autres, c'est vraiment le côté spirituel qui prime et cette envie d'n savoir plus tout en découvrant le pays. Et d'autres suivent tout simplement les amis qui ont décidé de découvrir cette destination.
Le phallus est sacré au Bhoutan

A quel type de voyageurs conseilleriez-vous le Bhoutan plutôt qu'une autre destination ?
Je le recommande à ceux qui ont déjà beaucoup voyagé. Le peu de touristes à l'année rend la destination très plaisante et très calme. Ceux qui auront fait l'Inde, frontalière du Bhoutan, apprécieront les routes sans trafic et la sérénité des lieux. Il faut aimer la simplicité et le retour aux sources; une nuit chez l'habitant vous ramènera quasiment 100 ans en arrière. Il faut savoir apprécier une discussion autour d'un feu de camp où votre hôte vous racontera comment il s'est retrouvé face à un tigre alors qu'il s'occupait de sont troupeau de yaks...
C'est une destination idéale pour les personnes ouvertes, positives et appréciant chaque moment que la vie a à offrir.

A quel type de motard déconseilleriez-vous cette destination ?
A celui qui veut rouler pour rouler. Il faut savoir s'arrêter, profiter des rencontres, des paysages en pleine jungle ou au milieu des rizières...
A celui qui pense aussi tout savoir et avoir tout vu...
A celui pour qui voyager, c'est uniquement aller ailleurs, sans la moindre curiosité pour la culture locale.
L'une des innombrables routes sans circulation...

Des niveaux de pilotage ou d'endurance physique particuliers sont-ils nécessaires pour envisager ce trip ?
Il faut assurément être à l'aise à moto. La route goudronnée peut s'arrêter tout à coup au détour d'un virage. Une vache ou un yak peuvent aussi se trouver à la fin d'une courbe. Les réflexes et la prudence sont de mise. Le terrain ne présente cependant que très peu de difficultés, quelques portions de pistes dues à des routes en réfection seront à emprunter, mais rien d'insurmontable. En cas de pluie, la chaussée peut être glissante et les routes passant dans la jungle peuvent devenir boueuses. Il suffira d'adapter sa conduite et sa vitesse. La difficulté est très loin des séjours que nous proposons dans l'Himalaya par exemple.

Lors de la mise en place de ce circuit, avez-vous rencontré des difficultés ou ressenti des craintes particulières ?
Comme je le disais plus tôt, il m'a été difficile de trouver les bonnes personnes sur place. Mais une fois cette barrière franchie, tout est devenu facile. La culture locale est, bien entendu, très différente de la nôtre et il faut savoir être humble et ne pas s'imposer. Le Bhoutan a cette force de vouloir et de savoir s'adapter aux touristes étrangers qui sont pour lui une source de revenus capitale.
Sur le marché...

Qu'est-ce qui vous a convaincu que cette destination pouvait être porteuse ?
C'est la faute de Bruno ! Autour d'un feu de camp, dans la vallée de la Nubra au coeur de l'Himalaya, il m'a dit "L'an prochain, il faut nous emmener au Bhoutan, c'est un pays qui a l'air fantastique.". Et de fil en aiguille, mes recherches m'ont amené à défricher cette destination  qui m'était quasiment inconnue. Puis, en parlant avec des agents de voyages qui y sont allés, je me suis rendu compte que le Bhoutan les avait tous marqués positivement et qu'ils y retournaient aussi souvent qu'ils le pouvaient. J'ai bien fait de me lancer dans cette aventure et je pense y retourner avec un groupe au printemps 2020.

Quels sont les retours les plus fréquents que vous ont faits à ce jour vos clients sur cette destination ?
"Qu'est-ce que les gens sont gentils, que les enfants sont souriants..." Celà tourne avant tout autour de la joie des habitants. Ensuite, il y a les paysages, cette nature luxuriante qui foisonne partout. La religion bien sûr, avec ses temples et son histoire haute en couleur racontée dans chacun des lieux de culte.
La sensation de bien-être est omniprésente et beaucoup se plaignent d'avoir à rentrer chez eux pour retrouver la morosité et l'agressivité qui règnent désormais en Europe. La comparaison est systématiquement faite entre cette population simple et heureuse qui ne possède pas grand-chose et nos pays où tout le monde se plaint en permanence en veut toujours plus.
Royal Enfield surplombant la capitale

Certains ont-ils été déçus ?
Cela ne m'est pas encore arrivé. J'ai eu parfois quelques remarques comme quoi on aurait pu passer un peu plus de temps dans tel ou tel temple ou visiter telle attraction mais en règle générale, notre itinéraire est extrêmement complet et comble tout le monde par sa richesse, sa variété et la qualité de son encadrement.



Vous aussi venez découvrir ce pays avec notre séjour :

Au pays du bonheur, le Bhoutan


Propos recueillis par Collin Audibert

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire